Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2016

... j'ai arrêté de chercher le bonheur dans le pré

J'entends souvent des personnes dire : "pourquoi n'ai-je pas droit au bonheur ?"
 
A cela je réponds que le bonheur est notre droit de naissance à tous, il n'appartient pas à quelques privilégiés, bien au contraire, il est libre et saisissable, mais qui est réellement prêt à tendre la main ?
 
Cette question peut sembler folle, pourtant, très peu de personnes choisissent d'être heureuses ! En effet, le bonheur est une question de choix. Nul ne détient notre bonheur, à part nous-mêmes
 
Qu'importe ce que l'on nous a dit à propos du bonheur, qu'importe ce que l'on nous a fait, qu'importe les croyances sur lesquelles nous nous sommes construits, nous avons tous le droit d'être heureux. 
 
Nous remettons trop souvent notre bonheur entre les mains d'un autre, cela revient à donner à autrui un rôle qu'il ne peut assumer indéfiniment, alors, un jour ou l'autre interviendra la déception, et cette déception nous fera croire que le bonheur ne dure qu'un temps. Ceci est une croyance erronée, le bonheur a une durée de vie illimitée, il est limité seulement lorsque nous passons par une tierce personne (ou encore nos biens, notre argent...) pour nous l'apporter. Pourquoi chercher si compliqué, pourquoi faire appel à des intermédiaires, pourquoi ne pas saisir ce bonheur directement ici et maintenant ? 
 
Parce que lorsque nous parvenons enfin à être heureux par nous-mêmes pour nous-mêmes, nous sommes souvent catalogués d'égoïstes, comme ci le fait d'être heureux par soi même (soi m'aime) était anormal. 
 
Prenons l'exemple d'une personne heureuse, complète et épanouie. Lorsqu'elle rencontrera un partenaire de vie, elle sera peut être plus épanouie encore, mais, son bonheur ne dépendra pas de ce partenaire, celui ci sera la cerise sur le gâteau et non le gâteau. Mais, le partenaire ne comprendra peut-être pas cela, et pensera ne pas être aimé à sa juste valeur. Bien des personnes désirent être la source de bonheur de leurs compagnons/familles/amis, car cela leur donne de l'importance, un sens, cela les nourrit, là encore il existe une attente : je te rends heureux, alors si je m'en vais tu n'as plus le droit de l'être sinon c'est que tu ne m'aimes pas réellement.
 
De plus, à en croire certaines croyances, il n'est pas correct d'être heureux tandis que tant de gens souffrent sur Terre, nous ne devons être joyeux alors que des gens sont malades, nous n'avons pas le droit au bonheur car des gens sont malheureux ou meurent, alors, inconsciemment, nous nous coupons de notre joie intérieure, car être heureux revient à ne pas avoir de cœur pour les autres, ne penser qu'à soi. Je remarque cela lorsque j'écris des articles positifs, il y a toujours quelques personnes qui mettent des commentaires pour me faire remarquer que le monde est triste et que je dois vivre dans une bulle pour voir tant de lumière et de bonheur partout. 
Il est vrai que je suis heureuse, j'observe toujours la coupe à moitié pleine, et je ne vois pas en quoi le fait de vivre dans la joie peut paraître si insultant. Mais, parfois, mon positivisme est mal perçu. Pourtant je peux avoir de la compassion pour quelqu'un qui souffre tout en gardant mon cœur empli de lumière, pourquoi l'un n'irait pas sans l'autre ?
Ne pas choisir le bonheur ne fait rien évoluer les choses, bien au contraire, cela alimente les égrégores sombres. 
Mettons fin à ce dicton populaire : "le bonheur des uns fait le malheur des autres". 
 
Dans ces exemples, le bonheur revêt alors le poids de la culpabilité. Culpabilité de sourire à la vie tandis que d'autres souffrent, culpabilité d'être heureux par soi et pour soi alors que d'autres espèrent remplir notre coupe.
 
Seul celui qui sort de ces schémas inconscients connaîtra le vrai bonheur, celui qui est éternel, celui qui trouve sa source en soi. Nul bonheur ne peut venir de dehors, lorsque c'est le cas il ne peut-être qu'éphémère puisque sa source est destinée à se tarir, et nulle émotion de joie ne doit nous faire sentir coupable de quoi que ce soit !
Le vrai bonheur prend source dans une fontaine illimitée et intérieure, sans fond (aucune attente), sans forme (aucun contrôle), ni barrage (aucun jugement).
 
 
 
Nous avons tous le droit à une vie meilleure, agréable, sereine, nous ne devons pas culpabiliser de vivre pleinement notre vie, bien au contraire. Vivre heureux c'est apporter la preuve que le bonheur existe, c'est mettre en lumière cette notion si essentielle de la vie, être heureux c'est apporter l’espoir au monde, montrer la voie. 
 
Autorisons-nous à être heureux ici et maintenant !

18:31 Publié dans Je Suis | Lien permanent | Commentaires (3)

20/11/2015

... j'ai été initiée

Nous vivons tous, tout au long de notre vie, diverses initiations. A mon sens, les initiations ne sont pas des pratiques codifiées réservées à quelques privilégiés, ou encore des codes secrets détenus par une élite, ou même des pouvoirs particuliers que seul un maître peut nous transmettre. Dans ces croyances répandues, il apparaît clairement une séparation, d'un côté il y a les initiés, et de l'autre les non initiés, considérés comme "inférieurs". J'aimerais briser ce type de croyances, afin que chacun reprenne conscience de son pouvoir intérieur, en effet, une initiation n'est pas donnée par une tierce personne, mais reçue de nous même pour nous même, parfois avec la collaboration d'une tierce personne.
 
En réalité, les initiations ne sont ni plus ni moins que nos expériences de vie. En effet, chaque expérience que nous traversons nous offre une opportunité d'évolution. Cela peut être une séparation, une maladie, un deuil, ou encore des expériences lumineuses comme rencontrer son âme sœur, mettre au monde un enfant....  Chaque situation "marquante" est une initiation, car chacune de ces expériences changera des choses dans notre façon de penser, de dire, de faire.
Bien sur, face à une épreuve, nous pouvons décider de ne pas réussir l'initiation, par exemple en ne voyant que l'obscurité de l'expérience, alors, dans ces conditions l'initiation se répétera jusqu'à ce qu'elle soit réussie.
Nous traversons toutes et tous ces initiations, et cela commence par celle de notre naissance, moment clé où l'âme est "liée" au corps physique. Et la dernière grande initiation de notre incarnation sera évidemment celle notre mort.
 
Chacune de nos initiations est importante, car chacune nous donne accès à une partie de nous qui sommeillait auparavant. Par exemple, si nous avons vécu une expérience de séparation, et que nous avons compris le sens de cette épreuve, que nous l'avons acceptée, nous avons alors reçu une initiation, cela peut être celle de l'acceptation par exemple. Ou encore, de façon plus légère, si mon enfant se fait une légère blessure et qu'instinctivement je pose mes mains sur sa douleur pour l'atténuer, je suis en train de développer de façon inconsciente mon pouvoir guérisseur, donc de m'initier à la guérison.
A ce titre, il existe des initiations individuelles, placées sur notre chemin de vie et désirée par notre âme, tout comme il existe des initiations collectives, expériences que nous vivons en groupe. Par exemple, une guerre civile sera une initiation de groupe. Mais, bien que l'épreuve soit collective, chaque être ne récupère pas la même clé que son voisin. En effet, dans chaque expérience chacun voit ce qu'il veut y voir, alors chacun reçoit l'initiation qui résonne en lui.
 
Si j'aborde ce thème des initiations ce n'est bien sur pas par hasard. Comme nous le savons, la France est ébranlée par les événements de ces derniers jours, et cet égrégore de peur s'est étalé bien au delà de nos frontières, pour ne pas dire sur la Terre entière. Je ne reviendrais pas sur ce que j'ai dit dans mon article précédent sur la situation actuelle telle qu'elle me paraît, aujourd'hui j'aimerais simplement que ceux qui le peuvent voient cela comme une GRANDE INITIATION. Une initiation de masse.

En effet, aujourd'hui nous avons le choix, le choix de rester dans les émotions basses, qui ne feront que nous enfermer dans une cage, ou bien choisir de voir la lumière dans chaque zone d'ombre et ainsi recevoir l'initiation qui nous revient. Cela peut être celle de la compassion, celle de la compréhension, celle du pardon, celle de la clairvoyance, celle de l'unité...  Je rajoute que la cage dans laquelle nous nous enfermons parfois n'est pas verrouillée, nous pouvons à tout moment en sortir, lorsqu'apparaît devant nous la lumière de la compréhension, celle ci devient la clé. J'invite donc tous ceux qui le peuvent à comprendre ce que cette épreuve signifie pour eux, de par l'effet miroir. Que ressentez-vous en ce moment comme émotions négatives? de la colère, de la peur, de la haine, de l'angoisse, du désespoir, de la honte....? Accueillez vos émotions, acceptez les, puis comprenez que vous émettez seulement ce qui vous habite, et rien d'autre. Par exemple, sans émotion de colère en nous, nous ne pouvons émettre de la colère. Servons nous de cette épreuve comme d'une importante initiation de groupe, une clé qui nous ouvre les portes de notre intérieur, de notre évolution, et contrairement à ce que l'on pense les portes de l'unité, car nous vivons tous cela ensemble. Il faut savoir que plus une initiation est difficile, plus nous grandissons. Plus une initiation est difficile, plus nous nous rapprochons du but.

Aujourd'hui, nous sommes mis face à une épreuve importante, cette expérience ne s'arrêtera pas tant que l'initiation de chacun ne sera pas terminée, car cette initiation est celle qui ouvrira la porte du grand changement pour tous. N'oublions pas que seul une transformation intérieure peut provoquer un changement extérieur.

Je souhaite donc à chacun de nous de réussir son initiation.

Paix et amour pour tous.

17:40 Publié dans Je Suis | Lien permanent | Commentaires (2)

16/01/2015

... j'ai tourné à gauche après le carrefour

Le libre arbitre c'est le choix qui nous est offert face à chaque expérience, c'est aller tout droit ou tourner à droite ou partir à gauche, c'est écouter son coeur ou son mental.

Mes guides en disent: le libre arbitre c'est être ou ne pas être.

Nos envies, c'est notre cœur qui nous parle. Notre cœur nous envoie des messages tous les jours, cela passe principalement par nos envies, notre enthousiasme, notre joie de faire et d'être.

Mais, nous avons toujours le choix, de l'écouter ou non, ainsi est liberté appelée libre arbitre.
L'expression agir à contre-cœur est d'ailleurs très parlante, très juste, elle résume bien les diverses chemins qui s'offrent à nous, certains plus en vibrations avec ce que nous sommes, d'autres un peu moins.
 
L'idéal est de faire en sorte que nos choix définissent au mieux qui nous sommes, révèlent notre plus belle partie

Par ailleurs, si nous pensons devoir agir à contre-cœur, faisons en sorte de le vivre dans la joie.
 
Je me souviens d'un homme malheureux. Malheureux de sa vie. Il n'arrivait pas à faire en sorte de la changer malgré son mal être. Il avait peur de ce que cela engendrerait, il choisissait donc de ne rien faire. Je lui ai alors dit: Sois heureux! Sois heureux de ne rien faire, car pour toi ne rien faire est la solution que tu préfères. Ne subis pas cela comme un échec mais comme un choix. Alors, que tu entreprennes de changer ta vie, fais le avec joie et amour, ou que tu préfères la vivre ainsi, fais le avec paix et amour. Dans ces deux cas tu es capable d'exprimer la plus belle partie de ton être, en redevenant maître de tes choix.
Ainsi sa vision a changé, il s'est aperçu qu'il ne subissait rien, mais CHOISISSAIT simplement de laisser les choses telles qu'elles. Ainsi est le libre arbitre.
 
Notre libre arbitre en dit beaucoup sur nous, car nous nous définissons par nos choix, nos actes.

Il existe toujours un chemin direct, plus efficace, plus adapté, représentatif de notre être, notre coeur le sait et nous envoie les signaux nécessaires pour que ce chemin nous apparaisse clairement, mais à côté de ce chemin existent d'autres petites voies

Ce serait bien trop simple, pour ne pas dire inutile, ennuyeux, si le chemin était unique. Comment nous définirions-nous si nous n'avions aucun choix? Qu'apprendrions-nous sur nous même si aucune liberté ne nous était donnée? Si le libre arbitre n'existait pas, nous vivrions dans l'obéissance, et l'obéissance va à l'encontre de l'évolution. Pour grandir il faut être et demeurer libre.

Si nous sommes face à plusieurs chemins, et que nous ne savons lequel emprunter, il suffit de se demander lequel nous portera le plus vers le haut? Nous élèvera? Et de le prendre.

Le libre arbitre est un fabuleux cadeau, il nous permet de choisir qui nous désirons être. D'expérimenter plusieurs voie, d'avoir une vision élargie et non pas unique.

Alors quelque soit la voie que nous choisissons, celle du coeur ou celle du mental, soyons toujours heureux de ce que nous entreprenons, car c'est essentiel.
 
Avançons, choisissons...créons.
 

22 carrefour.jpg