Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2017

... j'en ai eu ras la casquette

J'ai reçu hier un message d'une jeune femme, empli de tristesse, tristesse mêlée à de la colère et du découragement. Son message avait pour titre ceci "Je ne crois plus en la spiritualité !"
Elle y expliquait que la spiritualité lui avait vendu de fausses promesses, qu'elle y avait investi trop de temps et d'argent, pour rien, car sa vie n'allait toujours pas dans le sens où elle le souhaitait. Elle était extrêmement déçue et me demandait mon avis sur cela.

Son message venait du cœur, elle se sentait vraiment "bernée", et je sais que d'autres ont les mêmes ressentis, beaucoup recherchent dans la spiritualité des clés, des solutions, et certains finissent par se sentir désabusés, car les résultats ne sont pas à hauteur des espérances...
Ce message soulevait donc un point important, qu'est-ce que la spiritualité au final ?

En cherchant des réponses dans la spiritualité, cette jeune femme cherchait en réalité ailleurs qu'en elle même.
La spiritualité véritable n'attend pas qu'on écoute et applique les enseignements d'un autre, que l'on porte les croyances d'un autre, que l'on fasse des vérités d'un autre les nôtres, la spiritualité n'est RIEN D'AUTRE que l'écoute de soi même, l'écoute de son cœur, ses ressentis, ses guidances intérieures. Pour résumer, la spiritualité c'est la voie/voix du cœur. 
La spiritualité n'est pas une solution à un problème, elle est le problème ET sa solution, c'est à dire l'expérience complète, le tout. 
La spiritualité est le chemin et non la clé.

Par exemple, si je fais face à de gros soucis financiers, ce n'est pas en allumant une bougie et en récitant une prière que tout ira mieux demain. Pour résoudre ce problème, je devrais mettre en lumière le chemin que j'ai emprunté et qui m'a menée à ces soucis, puis, je devrais essayer de comprendre pourquoi j'ai pris ce chemin et non un autre, pour enfin travailler à changer mes pensées/paroles/actions afin de faire évoluer favorablement la situation. C'est un long travail que de comprendre ses choix et transformer ses croyances, cela ne se fait pas du jour au lendemain, et il est vrai que parfois plus c'est long plus les doutes peuvent s'immiscer.

La spiritualité est un état d'esprit, cela permet de voir le tout, de se placer en tant que spectateur et non victime de sa vie. Et lorsque l'on devient spectateur, cela est plus facile d'apercevoir les ficelles de nos automatismes. 
La spiritualité n'est pas un remède miracle, c'est simplement la capacité à se connecter à soi même et se sentir responsable de sa vie et ses choix. Certains rejettent cette notion de responsabilité, en pensant que la vie est parfois injuste, ce n'est pas un point de vue que je partage. Comme tout le monde, je traverse moi aussi de temps à autre des épreuves et expériences pénibles, je n'ai jamais mis cela sur le compte de "pas de chance", j'ai toujours cherché ce qui avait initié cela, quel comportement j'avais adopté, quelles pensées j'avais cultivées, quelles paroles j'avais exprimées, et toujours trouvé et assumé ma part de responsabilité. Nul besoin de culpabiliser non plus, la Vie est un enseignement grandeur nature, et c'est ce qui la rend merveilleuse, comme l'a dit Nelson Mandela : "Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends"

Le mot spirituel n'a plus de sens lorsqu'il devient un enfermement, être spirituel c'est être libre et non limité.

Lorsque l'on écoute des personnes dîtes "spirituelles" en leur donnant plus d'importance qu'à soi même, cela n'a rien de spirituel.
Lorsque l'on attend de la spiritualité un coup de baguette magique, sans saisir que nous sommes le seul faiseur de miracles de notre vie, cela n'a rien de spirituel.
Lorsque l'on donne à une bougie tout notre pouvoir, cela n'a rien de spirituel.
Aucun médium, aucun guérisseur, aucune bougie... ne surpasse notre intuition, notre pouvoir guérisseur, notre force intérieure.

La spiritualité n'est pas un mensonge, le mensonge est de croire en un autre que soi.

Cette jeune femme pensait ne pas mériter sa vie actuelle, elle désirait ardemment la changer, et souhaitait que la spiritualité déverrouille sa situation. Elle voyait sa vie comme une punition. Elle avait pourtant tout essayé, les prières, les pierres, la lecture, les nettoyages, le lâcher prise, le pardon... en vain, sa vie ne s'améliorait pas. 
Pourquoi ?
Parce qu'elle cherchait la solution trop loin, ailleurs que dans son cœur. 
La spiritualité est un chemin et cela comprend le TOUT : Pourquoi en suis-je arrivée là (passé) ? Qu'ai-je à y apprendre (présent) ? Quels choix seraient meilleurs pour moi (futur) ? 
Les prières, lectures, nettoyages, et autres, sont de merveilleux outils, mais le menuisier de notre vie c'est nous même. Nous pouvons utiliser ces outils pour créer une vie harmonieuse, mais pas leur demander de faire tout le travail seuls.

La loi d'attraction elle non plus n'est pas un remède miracle, c'est un outil. Et comme tous les outils elle peut autant blesser qu'embellir notre vie. Elle blesse quand elle devient le fruit de nos attentes : je pense positif pour recevoir du positif. Ceci est un raccourci qui peut mener à la déception, en effet, la véritable pensée positive est celle qui transite par le cœur et non le mental, on ne fait pas du bien pour récolter du bien, on fait du bien car cela est en nous et nous aimons ça, tout simplement, sans attentes en retour.

Par exemple, je vis actuellement dans un appartement bien trop petit, dans un endroit que je n’apprécie pas forcément, alors, je suis à la recherche d'un quelque part un peu mieux. Mais, ma situation est bloquée depuis presque 2 ans. Tous les autres aspects de ma Vie sont absolument parfaits et épanouissants, sauf ce logement. Je pourrais donc me dire que je n'ai pas de chance, que la loi d'attraction ne fonctionne pas, qu'être spirituelle a aussi ses limites, mais non ! Car en réalité, si je suis encore ici, c'est qu'une partie de moi le désire. Ma spiritualité m'aide à mettre en lumière cela et être honnête avec moi même, car il est vrai q'une petite partie en moi trouve des avantages à vivre là : l'école des enfants est juste à côté, le voisinage est assez sympathique, et surtout, j'ai mes repères ici. L'inconnu est toujours une source de peur, même infime. Je peux donc affirmer que oui je cherche à partir, mais qu'une partie de moi est encore dans la résistance, par conséquent et en toute logique, la situation est bloquée. Et je l'accepte tout à fait, j'ai ma part de responsabilité, et c'est très bien ainsi. Je sais que les choses se déverrouilleront lorsque j'aurai fait tomber mes dernières chaines.

Un dernier point, et fort regrettable, certains se servent de la spiritualité pour imposer des savoirs, des vérités, des croyances, alors que la vérité des uns n'est pas la même pour tous, et surtout, la vérité change avec chaque barrière qui tombe, ainsi, il est bon de ne pas se laisser influencer par les ressentis extérieurs, particulièrement lorsque ceux ci sont très éloignés des nôtres. Sauf si votre cœur vous souffle d'écouter le conseil ou la guidance. Tout est une affaire de cœur. 
Ne faites pas des enseignements des autres les vôtres, vivez et faites de votre vie VOTRE plus bel enseignement.
Alors, si vous croisez un médium, un guérisseur, un être "éveillé", qui tente de vous imposer ses croyances, fuyez ! La spiritualité n'est pas cela, car dans ces conditions on est face à une personne avec un ego spirituel, ce qui n'a rien de très spirituel en sommes... Fuyez les médiums qui vous disent des choses horribles et veulent vous faire revenir, fuyez les guérisseurs qui vous obligent à aller dans le sens de leurs ressentis, fuyez les enseignants qui vous imposent leur vérité, fuyez ceux qui parlent et ne vous écoutent pas, ceux qui réclament et ne vous donnent pas, vous n'avez pas à subir cela ! Etre spirituel c'est être simple, c'est vivre sa vie en toute simplicité, c'est partager sans jamais imposer.

Et si la spiritualité vous "gonfle" car il est vrai qu'aujourd'hui elle est servie à toute les sauces, revenez à l'essentiel, c'est à dire vous m'aime.
Trouvez votre spiritualité dans votre cœur, c'est cela être spirituel.

24/11/2017

... j'ai arrêté la méthode Coué

La gratitude est une clé importante de notre évolution, mais encore faut-il l'utiliser convenablement.
On ne peut jouir totalement de la Vie si l'on ne voit QUE ce qui est négatif, ceci est une évidence. Focaliser notre attention sur ce qui ne va pas, en occultant ce qui est appréciable, n'a rien de positif en soi.

Ainsi, il est toujours plus bénéfique et préférable d'être heureux et rendre gratitude pour ce que la vie a à nous offrir. 
Mais je remarque que, parfois, certaines personnes assimilent la gratitude à une non-autorisation, et cette limitation met immédiatement un terme à l'évolution.

Un exemple simple :
Il y a quelques temps, j'ai rédigé un article sur les maux de notre société, en indiquant ses faiblesses, en pointant du doigt ses limitations, et le rôle que nous avions accepté de jouer pour en arriver là. Cet écrit n'était pas un jugement mais une observation. Malheureusement le constat n'était pas des plus joyeux, car le reflet du monde actuel.
Une personne a répondu à cela qu'il ne fallait pas oublier d'être dans la gratitude pour tout ce que nous avions, de remercier avant tout la société pour ce qu'elle nous apportait, etc. Je respecte totalement ce point de vue, en éternelle optimiste que je suis, seulement, être dans la gratitude ne doit pas faire de nous des personnes aveuglées, remercier ne doit nous emprisonner. La gratitude n'est pas une attitude qui nous enferme dans une bulle de lumière, mais un processus qui nous permet de grandir.

En réalité, il ne s'agit pas d'être ceci ou cela, mais de représenter le grand Tout. J'entends par là que nous pouvons être dans la gratitude tout en mettant en lumière ce qui ne va pas, nous pouvons remercier l'Univers pour ce que nous expérimentons, tout en prenant conscience de ce que nous ne voulons plus. Mettre en lumière ce que nous ne voulons plus ou n'acceptons plus ne fait pas de nous des personnes ingrates, mais des personnes conscientes.

Pour en revenir à mon exemple, je peux remercier la société pour ce qu'elle m'apporte, tout en restant lucide sur ce qu'elle me prend en parallèle. Ou encore, je peux être dans la gratitude car j'ai un emploi stable, tout en cherchant une autre voie car celle ci ne me convient plus et j'ai le désir d'évoluer. Je le répète, la gratitude ne constitue pas un enfermement de l'être, des idées, des envies.

Je ne parle pas ici des personnes qui ne font que se plaindre, qui ne voient que le côté sombre de toute chose en occultant (inconsciemment) le positif, les éternels négatifs et insatisfaits qui évoluent dans une spirale ascendante. Ce comportement est un choix même si l'on en a pas conscience, car en se plaçant en victime on a des choses à gagner, comme rejeter la faute sur l'autre, ou encore obtenir de l'attention... Ces personnes ne souhaitent pas réellement voir les choses changer, autrement elles incarneraient le changement auquel elles aspirent, en faisant de nouveaux choix par exemple. En se projetant ainsi, en tant que victime, nous ne sommes bien entendu pas dans la gratitude.

Je parle ici de prendre conscience des joies et bonheurs qui nous entourent, tout en mettant en lumière ce qui peut-être amélioré. C'est cela l'évolution.

Il ne faut pas se laisser prendre au piège de la dualité, avec un premier côté qui dit qu'être dans la gratitude revient à ne pas voir ce qui ne va pas, et le côté opposé qui hurle que rien ne va et qu'il n'y a pas de quoi remercier la vie.
La gratitude c'est être lucide et conscient, la gratitude est un moteur puissant, seulement, pour avancer, encore faut-il émettre une intention d'évoluer. Car être dans la gratitude ne doit pas nous empêcher de (nous) améliorer, de souhaiter une vie encore plus grandiose. Lorsque la gratitude devient une limite qui ne nous permet pas d'exprimer nos émotions, nos sentiments, nos envies, cela n'est pas de la gratitude véritable mais un enfermement. Car dans ces conditions on n'ose pas écouter notre intérieur.

Par exemple, mon logement actuel est trop petit pour ma grande famille, c'est un constat. Cela ne fait pas de moi une personne ingrate, car je suis très heureuse d'avoir un toit sur la tête, mais ma gratitude ne m'empêche pas de mettre en lumière la situation, et de partir à la recherche d'un logement mieux adapté à nos besoins. Je ne me limite pas à ce que j'ai aujourd'hui, car j'ai envie d'une vie encore plus incroyable, je suis dans la gratitude tout en osant le changement pour aller vers le meilleur. Ceci est la véritable gratitude, celle qui n'aveugle pas et nous pousse vers le haut.
Être dans la gratitude ne veux pas dire "se contenter de", cela signifie être heureux ici et maintenant avec ce que l'on a ou expérimente et en faire un moteur pour la suite.

Alors, soyons dans la gratitude pour ces merveilleux cadeaux que la vie nous livre, tout en souhaitant des choses toujours plus bénéfiques encore. Et surtout ne jamais perdre de vue que nous sommes le changement que nous désirons voir sur Terre.

10:42 Publié dans gratitude | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2017

... j'ai regardé la fièvre du samedi soir

Une idée lumineuse m'est parvenue <3

Proposer un soin collectif, chaque samedi, en m'alignant sur les énergies du moment.

Ce soin hebdomadaire sera intitulé "soin ça m'dit" (merci là-haut pour la suggestion rigolote ^^)

Pour en savoir plus, RDV ICI

soin ça m'dit.jpg