Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2018

... j'ai eu un train de retard

En discutant cette semaine avec plusieurs personnes d'univers et d'horizons différents, je me suis aperçue que nous avions tous bien souvent la sensation d'évoluer plus lentement que notre prochain. Nous avons l'impression que les autres osent plus que nous, que les autres ont plus confiance en eux que nous, que les autres font mieux que nous et prennent davantage leur place que nous...
 
J'ai même été surprise lorsqu'une merveilleuse d'âme, que je trouve si lumineuse et merveilleuse, m'a fait part de ses doutes quant à ses nouveaux projets à venir, se demandant si elle était bien à sa place. Alors que de mon point de vue cette personne me semblait tout à fait sûre d'elle et ses activités tout simplement parfaites. Elle hésitait et doutait d'elle même, quelle surprise !
 
Finalement, je me dis que c'est certainement la même chose pour moi, de l'extérieur j'ai l'air d'être bien à ma place, de prendre mon rôle, de briller de ma juste lumière...pourtant... pourtant j'ai également longtemps eu du mal à gagner confiance en moi. Je voyais les autres sûrs d'eux, s'affirmer, se lancer avec légèreté et foi, tandis que de mon coté c'est à peine si j'osais créer mon site internet "soin et guérison".
Je vivais le syndrome de l'imposteur.
 
Il m'a fallut des années pour me faire confiance, m'affirmer et oser croire en mes capacités.
 
Cette période de doutes me semblait interminable, je voyais cela comme d'énormes freins sur mon chemin, mais aujourd'hui je sais que tout était parfait !
Car, ces doutes m'ont permis de prendre mon temps, et ce temps n'était pas du temps perdu contrairement à ce que je pensais mais un temps d'apprentissage. 
 
De plus, sensibilité et léger manque de confiance font de ceux qui les portent des personnes touchantes, qui préfèrent agir avec sagesse et humilité
 
Pour revenir à mon parcours personnel, ayant du mal à prendre tout à fait ma place, ma démarche première en créant mon site n'était pas celle d'être lue ou appréciée, j'ai fait tout ce que j'ai fait dans un simple et unique but : m'aider MOI même. 
Dans le livre "un cours en miracles" il est écrit ceci : "on enseigne ce que l'on a à apprendre". La portée de cette phrase est essentielle.
 
Par exemple, quand je parle de la confiance en soi, c'est que je suis en train de l'expérimenter; quand j'écris sur la colère, c'est que je viens de comprendre son processus en la vivant; quand je m'exprime sur la maladie, c'est que j'ai réussi à mettre des mots sur mes maux. Tout ce que j'écris, je suis en train de le vivre ou l'ai expérimenté il y a peu, parfois l'enseignement c'est bien déroulé, d'autres fois moins bien et l'expérience se renouvellera pour que j'en sorte plus grande. 
Ainsi, il arrive que je n'ai pas de réponses à des questions que l'on me pose ou que je me pose, car je n'ai pas encore traversé l'expérience adéquate.
 
Et c'est ce qui fait de moi cette personne que je suis, je suis une élève de la vie, je n'ai pas les réponses à tout car il me reste encore beaucoup à apprendre et vivre, de plus, les enseignements d'hier ne sont pas ceux de demain, alors, de temps à autre j'ose remettre en question ce que je croyais vrai hier seulement. 
Je doute encore parfois de moi, mais, de moins en moins, et mes doutes sont une merveilleuse façon de me dépasser, chaque fois que je vais au delà d'eux je deviens plus forte. Alors tout est divinement parfait !
 
Il y a quelques temps j'ai eu l'envie de faire des petites vidéos, j'ai mis du temps à me lancer car j'avais peur du résultat et en regardant les autres si à l'aise dans leurs vidéos je me sentais vraiment toute petite... puis, un beau jour j'ai osé ! Cela a été difficile et long de me lancer comparé à d'autres, mais je l'ai fait ! J'ai ressenti une force nouvelle à sortir de ma zone de confort. Tout ceci fait partie de l'apprentissage, il ne faut simplement pas que les doutes soient un réel blocage, ils doivent être une motivation à se dépasser, à aller plus loin encore.
 
Je pense que si dès le départ j'avais été sûre de moi, ma page et mes écrits auraient été différents. Le fait de chercher à me guérir moi même m'a pris du temps en effet, peut-être plus de temps que pour d'autres, mais aujourd'hui, cela m'aide à distribuer des clés autour de moi, sans mes blessures et mes doutes je n'aurais peut-être pas les mots justes ou les réponses justes. 
 
Tout ce que j'ai fait jusqu'à maintenant, je l'ai fait avec le cœur, sans chercher rien d'autre que ME soigner, et par résonance cela a éclairé d'autres voies. Car tout doit transiter par soi m'aime, toujours. Ceci explique pourquoi certains projets fonctionnent mieux que d'autres, c'est le but véritable qui est à prendre en compte, est-ce fait avec le cœur ou dans un but autre ?
 
Alors si vous avez l'impression que les autres vont plus vite, et par conséquent que c'est vous qui n'avancez pas ou très peu, acceptez d'être comme vous êtes, des personnes parfaites ! Acceptez de devoir prendre votre temps, ne regardez pas ailleurs, regardez-vous, en vous, le reste ne compte pas. Et ces personnes qui peut-être se sentent déjà à leur place, à l'aise, et avancent vite en apparence, traversent elles aussi ces mêmes périodes de doutes, de remises en question et de questionnements, je viens de m'en apercevoir durant ces échanges avec cette belle d'âme qui doutait de ses choix, pourtant si merveilleux !
Tout ce que vous faites aujourd'hui, j'entends par là le travail de guérison que vous accomplissez, la mise en lumière de vos failles, le dépassement de vos doutes, sont des atouts majeurs pour la suite, car cela vous donnera des clés que vous pourrez à votre tour offrir aux autres.
Soyez patients et confiants, vous n'êtes pas moins rapide ou moins bon, ou encore moins ceci ou cela, vous êtes simplement des êtres sensibles au cœur ouvert, et ce n'est qu'en expérimentent que vous pourrez transmettre. N'oubliez pas que vos doutes et votre sensibilité font de vous la plus belle des choses qui soit : des êtres humains !
 
 

05/08/2017

... j'ai sorti ma boussole

Je reçois beaucoup de questions concernant les missions de vie. Chacun cherche sa voie, son chemin, tout le monde souhaite entrer de plain- pied dans sa mission de vie.
 
Comme je l'ai déjà expliqué, une mission n'est pas forcément un métier, être sur sa voie signifie être qui nous sommes, sans filtres ni masques, et utiliser ses dons veut dire être dans le don de soi. Etre authentique et bienveillant c'est déjà être dans sa mission de vie.
 
Mais, il est vrai qu'il existe en chacun de nous une énergie prédominante, et que celle ci donne des indications sur notre famille d'âme et notre chemin.
Alors, le meilleur conseil afin de déterminer qui nous sommes : se diriger vers ce qui nous rend heureux ! 
C'est en prenant conscience de nos affinités que nous pouvons entrevoir ce qui nous habite. Nos affinités sont, elles aussi, un merveilleux miroir, elles révèlent nos énergies et ce que l'on est.
Ainsi, si vous aimez accompagner les gens lors de grands passages : adolescence, deuil, découverte de soi, naissance.... vous appartenez probablement à la famille des passeurs.
Si vous aimez prendre soin des autres, que vous savez mettre des mots sur les maux de façon innée, vous êtes certainement membre de la famille des guérisseurs
Si vous ressentez un lien particulier avec la nature, les pierres, vous faites sûrement partie de la famille des chamans.
Bien sur, je prends là des raccourcis, pourtant, nul besoin de se creuser la tête ou recherchez indéfiniment ce que vous aimez, car une affinité ne se cherche pas, elle se ressent, elle se vit. 
 
Pour trouver notre chemin de vie, il n'y a qu'un seul et unique panneau à suivre : La Joie. Lorsque l'on suit ce panneau là, on ne peut se tromper de voie ou s'égarer.
Et si l'on pense ne pas encore avoir trouvé notre chemin, c'est que l'on cherche le panneau partout sauf en soi, on le cherche tellement que l'on oublie d'accueillir la vie et nos envies.
Une écoute intérieure permet de prendre conscience de ce qui emplit notre cœur de joie. Qu'est-ce qui nous fait plaisir, nous donne des ailes, nous donne envie ? Cette indication est une flèche vers le chemin à suivre.
 
Si j'aime guider, partager, conseiller, il est possible que j'appartienne à la famille des enseignants. Même si ma vie actuelle semble éloignée de mes envies, du bonheur, de qui Je Suis, je dois me rappeler que mon chemin existe bel et bien, même si je semble perdu(e), réside éternellement en moi une boussole qui indique le chemin de la joie. Il m'appartient donc de me laisser guider par cette boussole.
 
Il peut arriver, à cause de divers facteurs, que l'on ne parvienne pas clairement à identifier ce qui nous met en joie, dans ce cas là on peut utiliser la boussole dans l'autre sens, et voir ce que nous ne souhaitons pas ou plus dans notre vie, ce qui nous donne des hauts le cœur, car, ce que l'on ne veut pas sert également à nous définir et connaître notre chemin de vie. Parfois nous avons besoin de savoir ce que nous ne sommes pas pour nous découvrir.
Par exemple, si je ne supporte pas de voir des injustices, que cela m'affecte réellement et durablement, j'appartiens peut-être à la famille des guerriers de lumière.
 
Il y a donc deux manières de se définir et connaitre son chemin de vie : se placer dans l'accueil et découvrir ce qui nous met en joie, ou, prendre conscience de ce que l'on ne supporte pas. 
Puis, il nous appartient de passer à l'action et nous diriger vers ce chemin appelé La Joie. Cette voie se remarque facilement, elle est vive et colorée, c'est celle qui nous met des papillons dans le ventre.
 
Alors, suivons tous les papillons !