Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2020

... j'ai dégainé plus vite que mon ombre

Le 28 j'ai publié sur ma page facebook un petit texte au sujet de la manipulation gouverne-mentale à laquelle nous faisons face actuellement.
 
Il a été très bien accueilli, mais, j'ai pu lire certains commentaires qui indiquaient que ma prise de position n'était pas très lumineuses et alimentait la dualité, ou encore qu'il était préférable de ne parler que de "lumière".
 
Il faut pourtant comprendre ceci, à partir du moment où nous nous sommes incarnés (un car né) nous expérimentons le principe de dualité, cela fait partie du "jeu" et ce n'est ni mal ni bien. Notre corps de chair est la manifestation même de la séparation, en effet, notre corps nous sépare physiquement et inexorablement de notre prochain. On peut se rapprocher intérieurement du sentiment d'unité, seulement, nous ne vivrons jamais, physiquement, sur terre et dans un corps de matière, l'union véritable et absolue avec l'autre. En nous incarnant nous avons créé le "je" pour entrer dans le jeu, et le retour à la source laissera derrière nous ce je/jeu. Par conséquent, on ne peut faire abstraction du principe de dualité, cela fait partie du grand tout, de la vie, en revanche il s'agit de ne pas émettre de jugement quant à cette réalité, l'accepter telle qu'elle se présente à nous. Le fait que la dualité fasse partie intégrante de la vie ne doit pas nous faire haïr l'autre, cet opposé, cela doit simplement nous aider à nous positionner par rapport à cet autre. Qu'est la lumière sans l'ombre ? Qu'est le chaud sans le froid ? Comment connaître le sentiment de liberté sans avoir été emprisonné ? La dualité ne veut pas dire être en guerre, cela signifie simplement que tout existe et son contraire.
La dualité n'est négative que dans l'esprit de la personne qui la voit ainsi, autrement elle est neutre.
Pour revenir à mon partage du 28 octobre, lorsque je dis que le gouvernement manigance contre nous, le peuple, je me positionne simplement et clairement face à ce qui est en train de se dérouler, c'est à dire que je refuse de jouer dans le jeu que le gouvernement me propose ! Celui de la peur, de la culpabilité, de l'infantilisation, et je ne m'en cache pas. Je suis ici, sur terre, pour créer un nouveau jeu en affinité avec moi-même, inventer des règles harmonieuses, respectueuses et étiques.
Lorsque je fais le tri dans ce qui ne me convient pas je n'accentue pas le principe de dualité, qui existe quoi que je fasse, seulement, je mets en avant ce qu'ici et aujourd'hui je souhaite construire, je me définis.
 
Revenons maintenant au principe de lumière, et pour cela je vous partage quelques expressions françaises :
- Agir en pleine lumière : agir de manière à être visible, connu de tous.
- À la lumière de quelque chose : en fonction des connaissances acquises.
- Mettre quelque chose en lumière : le faire ressortir, le mettre en évidence.
- Ne pas être une lumière : avoir peu de connaissances dans un domaine ; être peu intelligent ou même stupide, idiot.
- Revoir la lumière : recouvrer la vue ; sortir des ténèbres, d'un cachot.
 
Ces expressions sont on ne peut plus parlantes : la lumière représente le SAVOIR !
 
Donc diffuser la lumière c'est oser regarder ce qui est, sans détourner les yeux.
Encore une fois lorsque je dis que le gouvernement se moque de nous, avec preuve à l'appui une vidéo qui parle du re-confinement un mois avant l'annonce officielle du président, je ne donne pas de force au jeu de l'ombre bien au contraire je mets en lumière les ficelles qu'elle tire. Car refuser de voir les choses qui ne tournent pas rond ne les fait pas disparaitre, en revanche les mettre en lumière permet de changer ce qui doit l'être.
Je ne parle pas de s'investir émotionnellement dans ce qui dérange, car lorsque l'on laisse échapper la colère on alimente les égrégores de colère, mais simplement d'observer ce qui se passe avec objectivité, regarder la situation avec honnêteté et savoir faire preuve de sens critique.
Aujourd'hui je remarque les décisions prisent, sans mon consentement, et celles-ci ne me conviennent pas pour plusieurs raisons déjà évoquées ici ou ailleurs.
 
Ne parler que lumière en faisant abstraction de l'ombre, donc du Tout, revient à vivre la moitié de l'expérience terrestre. Accepter la présence de l'ombre est un pas important de notre évolution spirituelle.
Je sais qu'il existe une forme de spiritualité qui raye de la carte le principe même d'ombre, ce mouvement est à mon sens une spiritualité immature, qui, au lieu d'accepter le principe de dualité qui régit la terre préfère le nier. Accepter la lumière c'est aussi accepter son opposé, autrement le puzzle reste incomplet. Nier l'ombre c'est rejeter une partie de soi, tandis qu'accepter l'ombre et son rôle met automatiquement fin à la notion de séparation, et c'est à ce moment que la dualité redevient ce qu'elle est : neutre. Alors tout s'unit et se marie pour ne former qu'une seule et même expérience : la vie terrestre.
 
De plus, pour laisser passer la lumière il faut savoir être transparent avec soi-même et les autres, alors, aujourd'hui, je ne souhaite pas faire comme ci les choses me convenaient, j'écoute et je laisse parler mon cœur car je ne souhaite pas vivre une bataille intérieure en m'interdisant de ressentir ce que je ressens, en m'interdisant d'être honnête avec moi-même, bataille qui ne ferait qu'alimenter les égrégores de lutte.
Encore une fois, cela ne veut pas dire se laisser submerger par ses émotions et se rendre malade, mais simplement accepter qu'à l'instant T la situation ne s'aligne pas avec la fréquence de notre cœur. La paix véritable commence ici, lorsque l'on accepte pleinement nos ressentis véritables.
Et puis n'oublions pas que nous sommes humains, nous avons aussi le droit de parfois être en colère, simplement, veillons à ce que celle-ci ne dure pas et reste l'impulsion qui mène au changement afin qu'elle reste constructive et non destructrice.
 
Ainsi, diffuser la lumière c'est aussi savoir parler de l'ombre, l'ombre qui se trouve en chacun de nous et autour de nous, c'est apprendre à observer les liens qui nous enferment pour mieux nous en défaire. Ceux qui ne peuvent ou ne veulent voir la dictature qui s'installe insidieusement sont principalement ceux qui ne se sont pas encore défaits de leur propre prison intérieure, et qui, par besoin de sécurité, se laissent dicter leurs choix, paroles et pensées par toute forme d'autorité extérieure à eux.
Bien entendu nous avons le pouvoir de transmuter ce qui peut l'être, ainsi, ce confinement peut devenir une occasion de mieux apprendre à se connaître et travailler sur soi, ce couvre-feu peut être une opportunité de passer plus de temps en famille le soir, ces promenades d'une heure peuvent devenir un délicieux moment durant lequel on savoure intensément la vie... nos prisons sont avant tout intérieures et celui qui a ouvert la porte est un Homme libre, peu importe ce qui se passe autour de lui. Mais, même en transformant à notre avantage l'expérience on peut également faire en sorte que les règles du jeu changent au fur et à mesure de nos choix. Nous pouvons œuvrer à ce que toutes ces lois liberticides mettent en lumière ce que nous désirons créer maintenant, par opposition, donc via le principe de dualité. Tout existe en même temps, donc oui nous pouvons prendre du plaisir à être confinés tout en essayant de mettre un terme à cela !
 
Souvenons-nous que pour changer le monde il faut avant tout commencer par soi, panser notre intérieur, oser de nouveaux choix, assumer nos ressentis profonds, partager nos expériences et ne pas avoir honte d'être qui nous sommes. Nous libérer de l'intérieur pour que l'extérieur s'illumine.
 
Une anecdote de dernière minute en guise de conclusion, qui vient valider mon ressenti :
Au moment où j'écris la dernière ligne de ce texte il est 18h30, il fait presque nuit noire dehors. D'un coup les plombs sautent, la lumière s'éteint et je me retrouve dans le noir total, dans l'ombre. Je dois alors allumer la lampe de mon portable, donc utiliser ce petit faisceau de lumière afin de remettre le disjoncteur en marche et rétablir tout le courant. Ainsi, se laisser guider par sa lumière (portable) pour éclairer ce qui ne va pas (disjoncteur) permet bien souvent de diffuser une lumière encore plus grande (lumière revenue dans tout l'appartement).
Joli signe, jolie métaphore, je n'ai rien à ajouter de plus.

20:30 Publié dans Ombre | Lien permanent | Commentaires (2)

29/04/2018

... j'ai traversé le tunnel torche à la main

Nous parlons souvent de la lumière, de ce qu'elle est, mais occultons un point important. Il existe autant de définitions différentes de l'ombre qu'il y a de personnes sur Terre, alors voici mon ressenti.
 
L'ombre est par définition l'absence de lumière, la lumière étant ce qui est positif, l'ombre est par conséquent une facette négative. 
Nous préférons généralement porter notre attention sur ce qui est positif en nous, c'est une bonne chose car cela permet de voir et ressentir notre lumière, mais pour être juste, ceci doit également être accompagné d'une prise de conscience de l'obscurité qui nous habite, autrement l'équilibre n'est plus.
 
Comme l'a si justement dit Carl G. Jung :
"Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension"
 
Nous portons tous des zones d'ombres, même les plus grands sages, seulement les sages n'ont pas besoin de l'expérimenter pour le savoir, ils reconnaissent que la noirceur qui réside dans ce monde est également une partie de eux même. 
 
La plupart des Hommes ont encore besoin de vivre certaines situations pour apprendre à se connaître, et bien souvent, ils doivent véritablement traverser un tunnel sombre pour entrevoir la lumière. parce que l'Homme qui ne perçoit pas sa part d'ombre va la projeter à l’extérieur, sur les autres, dans des situations, afin de l'expérimenter à sa manière, car comprenons que tout ce que nous vivons n'est que le reflet de notre intérieur, ainsi, plus nous refusons ce que nous abritons, plus cela se manifestera extérieurement, afin d'en prendre conscience et réunir toutes nos parties, le seul liant étant l'amour. 
 
Le principal obstacle que l'on rencontre est la non acceptation de notre part d'ombre, et c'est d'ailleurs pourquoi elle porte précisément ce nom "ombre" !
 
Par exemple, si je suis une personne qui refoule ma colère, je créerais souvent autour de moi des situations qui résonneront avec ma colère, je croiserais des personnes en colère... Comme je n'accepte pas ma colère elle s'exprimera différemment mais s'exprimera quand même, car tout ce que l'on refoule se répercute tel un écho partout autour de nous. 
A contrario, si je suis quelqu'un qui admet et accepte que parfois je puisse me mettre en colère, cette honnêteté avec moi même me permet de vivre sereinement mes émotions et finalement de mieux les canaliser aussi. Accepter ma colère me permet de la libérer et de ne pas l'entretenir, jusqu’au jour où elle ne fera plus partie de moi, mais pour cela il me faudra aussi accepter sa présence dans le grand Tout, c'est à dire que ne plus porter la colère en moi ne signifie pas que cette émotion n'existe pas, mais simplement que je ne l'abrite plus.
 
Car en réalité cela va bien au delà de notre soi, l'ombre fait partie du tout elle aussi. L'ombre et la lumière ne forment qu'un grand et même état d'être qui s'appelle l'amour. Si je rayonne, parle lumière et vis lumière, mais qu'en parallèle je n'accepte pas d'avoir une part d'ombre, je ne suis pas dans l'amour, tandis que si je vis lumière chaque jour et reconnais l’existence de l'ombre en moi, cela met immédiatement fin à la notion de séparation et dualité, alors l'amour prend sa place, ce même amour qui me permet de manifester la plus belle partie de qui Je Suis. Car reconnaître l'ombre en soi ne signifie pas l'incarner, mais au contraire vibrer amour.
 
Un autre exemple, il y a quelques jours, je me suis indignée contre les bombardements français en Syrie, j'en ai parlé sur ma page personnelle facebook, et là, un homme a laissé un commentaire qui m'a encore plus indignée, stipulant que ces bombardements étaient mérités, accompagnés d'autres propos assez déconcertants, point de vue totalement opposé au mien. J'étais irritée en lisant cela alors j'ai décidé de ne pas répondre. D'ailleurs, cet homme devait sans doute être tout autant indigné par mon point de vue, autrement, il aurait passé son chemin. Suite à cela, j'ai pensé que cet homme était stupide et que si tout le monde réfléchissait ainsi la planète courrait à sa perte ! Je me suis sentie séparée de lui et ses idées totalement opposées au miennes. Puis, avec du recul je me suis dit : "il est vrai que je ne partage pas ses opinions, pourtant, cela ne les empêchent pas d'exister", le fait de ne pas les partager ne les rend pas pour autant irréels. Finalement, cet avis qui n'est pas le mien fait également partie du grand Tout, il est simplement ce que je refuse de voir, alors, j'ai accepté le point de vue de cet homme, accepté sa présence dans le grand Tout ce qui signifie en moi, et ma colère s'est envolée, car j'ai mis la lumière sur cela. Accepter de ne veux pas dire valider, mais simplement reconnaître ce qui est.
 
L'ombre est partout en tout, en nous et au dehors, et lorsque l'on accepte cela ombre et lumière deviennent ce merveilleux grand tout dans lequel nous évoluons ! Alors, on peut dire que l'ombre n'est plus lorsqu'elle est mise en lumière et acceptée pour ne former que l'amour.
 
 
Il est souvent utile de descendre dans notre noirceur pour l’éclairer, mais on peut aussi le faire en mettant en lumière ce qu'expérimentent les autres, par l'effet miroir. Comme dans mon exemple, cet homme m'a permis de prendre conscience d'une autre partie de moi même, celle que je refuse de voir et qui pourtant existe bien quelque part, en reconnaissant son existence je m'autorise à faire partie du grand tout et être entière.
 
Je termine avec une phrase de Lao Tseu : 
"Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres"

10:21 Publié dans Ombre | Lien permanent | Commentaires (4)