Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2018

... l'épisode 2 est sorti

Comme son nom l'indique, le syndrome du sauveur se traduit par le besoin, très souvent inconscient, de sauver l'autre.
C'est un phénomène très fréquent qui nous frappe tous à divers degrés. Qui n'a jamais tenté de sauver une personne chère, voire même un inconnu ? Qui n'a jamais pensé détenir la vérité au point d'essayer de l'imposer à autrui ? Qui n'a jamais voulu devenir le héros d'une situation ?
 
Cela me ramène à la polémique du moment sur les crops circles, car il y a beaucoup à apprendre de celle ci :
Les personnes qui ont tracé l'agroglyphe afin d'en piéger d'autres, prétextant une expérience, sont le parfait exemple de ce syndrome. 
En effet, leur geste a pour but de rétablir la vérité et sauver des personnes un peu trop crédules à leur goût, de ramener ces personnes qu'ils pensent égarées dans la juste voie : la leur. Ils émettent le jugement que leur mode de pensée est le seul valable et que le reste n'est que mensonges. Et pour que le rôle du sauveur soit parfaitement joué il faut un ou des coupables, dans leur expérience les coupables sont ceux qui affirment que les crops circles émettent de l'énergie quelle que soit leur origine.
Le schéma est simple, il y a le coupable "négatif", la victime "neutre" et le sauveur "positif".
Par conséquent la démarche des créateurs du crop circle de Sarraltroff est claire et ils ne s'en cachent pas du tout, puisqu'ils annoncent vouloir ouvrir les yeux aux gens, les sauver, et pour atteindre cet objectif qu'ils se sont fixé ils ont donc... tendu un piège à des personnes qu'ils considèrent comme piégées (par leurs croyances, par des gourous, par leur naïveté...). En soi, cela part d'un bon sentiment, seulement, sauver quelqu'un c'est aussi imposer son point de vue, la vérité étant subjective et changeante à chaque prise de conscience cela revient donc à imposer des limites à l'autre. 
Pour servir cette cause qui leur tient à cœur, ils ont monté de toute pièce un piège (crop circle) allant dans le sens de leur vérité, leur croyance. Le résultat de ce test s'avère donc positif du point de vue de leurs propres attentes, mais leurs attentes constituent-elles une vérité ?
 
Aujourd'hui et pour faire simple il y a donc d'un côté les cartésiens qui espèrent sauver les mystiques, en s'appuyant sur le piège qu'ils ont créé; tout comme inversement il existe à même niveau des mystiques qui souhaitent sauver les cartésiens en imposant leurs propres idées; car cela va évidement dans les deux sens !
 
Pourquoi vouloir convaincre autrui et le rallier à sa cause ? Après tout, chacun est libre de ses idées. En quoi cela est-ce si embêtant que certains croient en l'énergie et d'autres non ? Pourquoi vouloir à tout prix imposer son point de vue à l'autre ?
 
Pour revenir à cet exemple de crop circles, car je trouve que certains points sont très intéressants à explorer, les créateurs de l'expérience (que je vais appeler "groupe sceptique" pour plus de simplicité) se moquent ouvertement des personnes croyant en l'énergie ("groupe croyant"), afin de sauver ceux qui peuvent encore l'être ("groupe indécis"). 
La raillerie devient donc une arme du "groupe sceptique" afin d'abaisser le "groupe croyant" au rang de fous, et le "groupe indécis" au rang de victimes, cela dans le but de prendre la place du sauveur, du détenteur de la vérité.
Se moquer des idées de l'autre pour se placer au dessus de lui est une technique bien connue.
D'autres stratagèmes sont également mis en place par le "groupe sceptique", comme faire flotter un climat de peur, car une personne qui a peur suit plus volontiers la pensée collective. Pour cela, le "groupe sceptique" affirme que le "groupe croyant" est un groupe dangereux pour tous, et pour étayer ses accusations il use et abuse d'arguments qui parlent à tous et effraient, par exemple, il affirme que le "groupe croyant" incite le "groupe indécis" à ne plus se soigner lorsqu'il est malade. Il existe ici un amalgame entre moins se soigner et mieux se soigner, mais le "groupe sceptique" avance tout de même cela, par méconnaissance ou par stratégie, afin de lier les masses à sa cause.
 
Finalement, le "groupe sceptique" affirme vouloir briser des croyances tout en tirant l'autre dans une autre croyance : la sienne. Il prend le rôle du sauveur, du libérateur, mais endosse en réalité la place de celui qui limite et enferme. 
 
Mais j'insiste sur un point important, cette situation se rencontre très souvent, je prends cet exemple-ci car il est parlant, mais ce rôle de sauveur nombreux sont ceux qui essaient de le prendre, dans tous les domaines de la vie : famille, ami, professionnel...
 
Pourtant une chose essentielle est souvent oubliée : personne ne sauve personne ! 
Le fait de vouloir sauver l'autre est une démarche égotique qui ne sert qu'à se rassurer et conforter ses propres croyances. En effet, voir son prochain porter des idées opposées gêne seulement lorsque cela met en péril une partie de ses propres croyances. Autrement, les idées de l'autre ne nous perturbent pas, au contraire on peut y voir un terrain fertile à l'évolution. On ne veut "sauver" que lorsque quelque chose nous effraye, car sauver l'autre revient à se sauver soi-même, de qui ? de quoi ? cela reste un travail d'introspection à faire.
 
Seule la peur sépare les gens car la peur divise les cœurs, et qu'est ce que la peur si ce n'est de la méconnaissance
Quand je vois une personne dire que les mystiques sont dangereux car ils poussent les gens à ne plus se soigner, je lis de la méconnaissance dans ces propos. Quand j'entends que croire en des choses invisibles relèvent de la psychiatrie je sens la peur prendre le dessus. Quand je lis que les personnes trop terre à terre empêchent les énergies de s'élever je perçois la peur dans ces propos. Quand on me dit que seules les personnes sans ego sont spirituelles je ne vois que de la méconnaissance dans ces dires...
 
Le sauveur cherche avant tout à se sauver lui même, à se rassurer, en imposant inconsciemment un mode de pensée qui est pourtant propre à lui même. 
 
Personnellement, je me moque que l'on croie en l'énergie ou non, je me fiche que l'on pense que les crops circles soient d'origine humaine ou non... je ne cherche à convaincre personne car je n'ai rien à (me) prouver, ni personne à sauver. Celles et ceux qui lisent cette page sont libres de penser ce qu'ils veulent. La vie est parfaite et chaque croyance a sa place, ainsi commence le respect.
 
Alors comment différencier celui qui veut sauver de celui qui veut simplement éclairer ?
C'est simple, l'expérience du crop circle aurait été tout à fait différente si le "groupe sceptique" nous avait invité à douter de tout, même de lui même, afin d'inciter le spectateur à trouver sa propre vérité. Ce qui n'est pas le cas au vu du ton employé, des mots choisis, des exemples cités, des moqueries utilisées, de la volonté de nuire, du piège réalisé... le "groupe sceptique" a pour seul but de convertir les autres à sa cause et cela met immédiatement fin à l'expérience pour moi, car le sauveur n'existe pas. Le "groupe sceptique" a-t'il peur de quelque chose ? là est la question.
 
En conclusion, ne croyez jamais rien sur parole, vivez-le, expérimentez-le, ressentez-le, sans vouloir à votre tour l'imposer autour de vous ! 

10/02/2017

... je suis devenue Lady Oscar

J'ai reçu un très beau cadeau il y a quelques jours, un cadeau incroyable qui ajoute une pierre de plus à ma pyramide intérieure. Ce cadeau, c'est Armande Ayache-Amblard qui me l'a offert, il s'agit d'une lecture akashique. Qu'est-ce donc ? Je vous invite à visiter son site pour en savoir plus : La lumière des dossiers akashiques

Armande s'est donc connectée à mon "dossier", une bride de mon passé, à une de mes vies qui aujourd'hui m'habite encore et me parasite, une vie antérieure qui fausse ma vision d'aujourd'hui, qui m'empêche d'être qui JE SUIS. Je me souviens de quelques unes de mes anciennes vies, mais la plupart sont encore un mystère, alors quelle joie d'en apprendre un peu plus sur mon passé.

J'ai proposé à Armande de travailler sur une résistance, une chose que je ne sais expliquer mais qui me bloque parfois. En effet, même si ce que je vis spirituellement est fort, même si mes messages sont évidents, même si mes canalisations sont efficaces, je sens tout de même un petit quelque chose qui me fait douter de moi, une partie de moi qui dit stop ne va pas plus loin, comme une forme de protection qui m'empêche d'entrer véritablement en mon intérieur, d'être qui je suis. J'arrive à contourner cette couche de protection, je trouve toujours un accès autre, mais c'est un peu plus long, l'image qui me vient est une porte d'entrée fermée, j'ai la clé mais j'ai peur de l'utiliser, alors je me faufile jusqu'à la porte de derrière, et j'entre. C'est tout à fait cela ! Je me demande souvent ce qui bloque cette porte d'entrée, et Armande m'a guidée jusqu'à son ouverture.

En se connectant à une ancienne vie, aux annales akashiques, elle a découvert que par le passé je fus une femme qui pour des missions précises se déguisait en homme, afin de récolter des informations et autres documentations précises. Durant cette vie, je possédais la capacité de me connecter aux énergies alentours, à percevoir des choses, par conséquent, je savais facilement si on me mentait ou me disait vrai et cela me permettait de mener à bien mes diverses missions. 

Par la suite, un piège me fut tendu par une femme, et je me suis retrouvée enfermée, paralysée de force durant un temps assez long, et je suis morte ainsi, sans pouvoir bouger, avec mon seul esprit pour ami. Autant dire que j'ai du ressasser tout un tas de choses, et ce qui en est ressorti peut se résumer ainsi : "Si ce don ne m'avait pas habitée, je n'en serais pas là ! Ce don m'a tuée !". Finalement, j'ai associé ma clairvoyance à ma propre mort. Cette croyance s'est inscrite dans mes cellules et une résistance s'est installée jusqu'à aujourd'hui encore. Cette mort, cette longue agonie, a érigé autour de moi une protection pour la suite, cadenas qui m'empêche de rentrer en moi par la porte principale.

Comme je l'ai expliqué plus haut, cela ne m'empêche pas d'emprunter mon chemin de vie, mais aujourd'hui j'ai envie de me défaire de ce qui n'est plus utile pour moi, et cette croyance erronée qui vient d'être mise en lumière en fait partie. C'est maintenant à moi de travailler en ce sens, Armande a su mettre des mots sur mes maux, et je lui exprime aujourd'hui toute ma gratitude.

L'histoire n'est pas terminée, car après l'écoute de mon dossier akashique, beaucoup de choses me sont revenues d'un coup !

Lorsque j'étais petite, j'étais fan du dessin animé "Lady Oscar". Le fait que Lady Oscar soit une femme qui se déguise en homme me subjuguait. J’étais totalement fascinée par cela ! Je me souviens, je possédais "un cahier Panini Lady Oscar" dans lequel je collais des images. Et anecdote marquante, au moment où je commençais à ne plus croire en "la petite souris", j'ai un matin trouvé sous mon oreiller une pochette d'images autocollantes Lady Oscar à coller dans mon album, à la place de ma dent perdue. Et dans cette pochette se trouvait l'image tant attendue : la carte hologramme de Lady Oscar (pour celles et ceux qui connaissent les albums Panini et ces images hologrammes si rares, vous comprendrez ^^). Ce fut pour moi un véritable cadeau, après cela j'ai cru dur comme fer en l’existence de la petite souris ! Aujourd'hui je comprends que c'est bien plus que cela, c'était un cadeau de mes guides (par le biais de ma mère qui a déposé ce présent sous mon oreiller), pour sceller un moment clé, un moment dont je me souviendrais plus tard et dont je me servirais pour avancer. En effet, je dois ajouter que j'ai assez peu de souvenirs de mon enfance, mais cette anecdote rigolote je m'en souviens incroyablement bien ! 

Tout à l'heure, après avoir tapé sur internet les mots clés "symbolique petite souris", je suis tombée sur ceci : "(symboliquement parlant) la souris est considérée comme l'âme d'un mort, en particulier celle d'une personne assassinée." Nul besoin de chercher plus loin. De plus, au moment où j'écris cet article mes enfants regardent le film "Les enfants de Timpelbach", l'héroïne principale est un garçon manqué, je jette un œil quelques secondes et cela me fait rire car nous sommes encore dans le même thème, et d'un coup l'héroïne crie "Oscar !". Visiblement l'un des autres protagonistes du film se prénomme Oscar. Mes dernières résistances sautent, mes doutes s'effacent, il y a bien un lien invisible, un fil qui me relie à cette vie où je fus en quelque sorte une Lady Oscar moi aussi, tout est là devant moi, cela peut sembler fou, peut-être même tiré par les cheveux, mais c'est mon histoire et mes signes sont si beaux et parlants. Car la vie est ainsi, la vie est merveilleuse, amusante, distrayante à qui la regarde avec un œil d’enfant. Tous ces signes qui nous montrent qui nous sommes les voyez-vous vous aussi ?

Tout ceci me confirme qu'Armande a vu juste. Ce dossier akashique me parle, il résonne tant en moi, comme je le dis toujours, nos affinités révèlent ce que nous sommes ou avons été (voir mon article sur le sujet ICI ). Et je sais que cette vie est là, quelque part en moi, et qu'il me faut lâcher-prise. Par ailleurs, d'autres canalisations extérieures confirment ce dossier akashique. 

Suite à l'écoute de mon dossier (car Armande envoie une lecture audio d'une heure, elle y résume tout ce qu'elle voit et ressent), mes guides m'ont dit que je recevrais pendant la nuit la visite de l'âme qui a tendu ce piège à mon ancien moi, piège qui m'enferme encore aujourd'hui. Visite ayant pour but de nous pardonner l'une à l'autre. Et bien entendu, ils avaient raison ! La nuit même, une âme s'est présentée à moi, nous avons discuté pour régler un différent dont je ne me souviens pas, puis, je me suis réveillée. Cette âme je l'ai croisée physiquement dans cette vie, car elle était dans ma classe au lycée, je l'ai donc côtoyée durant 3 ans. Et étrangement, il y a un mois de cela, mon beau-frère qui était dans le même lycée m'a demandé ce que devenait cette fille, j'ai alors recherché son Facebook. Cela faisait pourtant des années que je n'avais pas entendu parler d'elle. De plus, je me souviens qu'au lycée elle et moi étions proches, puis distantes, puis proches... Relation très bancale. Maintenant je comprends que ce lourd passé en commun nous pesait à l'époque et a rendu la relation complexe, notre amitié instable et éphémère. Le fait de savoir qui elle est dans cette vie me permet de pardonner plus facilement et refermer ma blessure. Une dernière chose rigolote, j'ai vu sur son facebook qu'elle résidait actuellement à Londres, et cela fait un bon mois que je dis à mon compagnon que je souhaite aller à Londres, sans raison aucune. J'ai même été jusqu'à regarder les tarifs et commodités pour un séjour là-bas. Pourtant auparavant Londres ne m'avait jamais vraiment attirée ! Aujourd'hui je comprends qu'il s'agissait d'un signe de plus, une pièce qui s'ajoute et scelle le puzzle.

Dorénavant j'ai tout en main, ce dossier peut être clos, je sens déjà un allègement énergétique. Encore une fois, je remercie Armande pour son fabuleux travail ! Je sais que la coquille s'est fendue et que le temps fera le reste.

Je n'ai dévoilé ici qu'une partie du dossier akashique présenté par Armande, car il y a d'autres révélations liées à cette vie qui encore une fois se regroupent et éclairent mon chemin, mais je les garde secrète pour une fois :) 

La vie est pleine de cadeaux à qui sait ouvrir les bras, n'hésitez pas à consulter le site d'Armande Ayache-Amblard pour cela :)

 

Album-Panini-Complet-Lady-Oscar-époque.jpg

lady-oscar---panini-stickers-collector-p-image-278396-grande.jpg

18/01/2015

... j'ai dit la vérité, toute la vérité, rien que la vérité

La Vérité ou des vérités ?

Comme je le dis souvent, je parle ici de mes vérités, celles qui résultent de mes ressentis, celles que j'ai expérimentées, tout simplement celles qui se trouvent dans mon cœur.

Ces vérités peuvent être partagées par d'autres ou non. Chacun y voit ce qui résonne en lui.

Ainsi, il existe autant de divergences qu'il existe d'êtres humains. Certes, les grandes lignes se rejoignent, mais il y a tout de même un tas de bifurcations.

Je discutais il y a quelques jours avec un ami qui croit fortement en l’existence des démons. Personnellement cela ne me parle pas, je ne partageais pas son point de vue. Mais alors qu'en est-il? Existent-ils ou non?

Je me suis interrogée sur cette pluralité des croyances, et voici ce que mon cœur me dit:

Encore une fois, nous créons ce que nous pensons, nous créons donc notre réalité. Notre pouvoir créateur est extrêmement puissant. Pour en revenir à ma discussion, si mon ami croit aux démons, il les créé; de plus en ayant peur, il les nourrit. Mais puisque de mon point de vue ils n'existent pas, je ne les nourris pas, je n'ai donc rien à craindre car je ne leurs donne pas de place dans ma réalité.

Je prends cet exemple des démons qui est valable pour toute autre expérience.

Lorsque nous croyons très fort en quelque chose, et quelque soit cette chose, nous en faisons notre vérité, une vérité très forte qui peut parfois devenir limitante. Nous pouvons rendre vivantes nos créations en les nourrissant de nos émotions. Ainsi naissent des créations diverses et variées, allant de la plus lumineuse à la plus obscure.

Parfois notre vérité est si forte que l'égrégore qui en résulte forme un magnifique terrain d’accueil pour un être de chair et de sang. Par exemple, les plus grands sages ont foulé le sol terrestre car nous étions prêts à les recevoir, nos pensées étaient si puissantes que cela a créé un terrain fertile à leur venue. Il en est de même pour les plus grands fous, ils ont simplement incarnés physiquement les pensées d'un grand nombre d'Homme. Ainsi nos pensées peuvent se matérialiser, qu'importe qu'elles œuvrent pour la lumière ou pour l'obscurité.

Pour en revenir aux démons, ils sont, d’après ma vérité, des créations humaines, alimentées par les émotions humaines. Ils existent donc bel et bien pour la partie des Hommes qui a choisi de croire en eux. Donc, ceux qui y croient pourront les voir ou les sentir. Mais, ils n'existent pas pour moi, pas dans le monde que je décide de créer, je ne les verrai donc jamais. Comme je ne crois pas en eux, ils n'ont pas l'énergie nécessaire pour se manifester à moi.

J'adore l'exemple des fées dans Peter Pan! Si on ne croit pas en elles, elles disparaissent et meurent. Alors, il faut penser et dire bien haut "je crois aux fées!!!" pour les nourrir et leur donner vie. Cela résume bien ma pensée.

Cela semble contradictoire, mais c'est ainsi. Il existe parfois deux vérités qui s’opposent mais coexistent en même temps.

Chacun vit dans le monde de sa propre création.

Ainsi naissent les vérités des uns et les vérités des autres. Un grand nombre de ses vérités sont des créations.

Il reste malgré tout la grande Vérité, la Vérité ultime. Celle qui n'est ni modifiable, ni altérable, celle qui n'est ni limite ni enfermement ni conditionnement, celle qui EST. Pour l'atteindre, il faut écouter son cœur, car notre cœur sait déjà tout, nulles vérités/créations ne peuvent lui être imposées, car la Vérité illumine déjà son intérieur.

Alors que la lumière soit !