Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2018

... j'ai marié Yoda à Luke

Si je dis que nous sommes tous des élèves de la vie, tout le monde sera d'accord avec cela. En revanche, si j'affirme que nous sommes également des maîtres incarnés, certains risquent de grimacer.

Et pourtant...

Il est vrai que chaque jour qui se lève nous en apprend un peu plus sur nous même, chaque jour qui passe offre son lot d'enseignements et de surprises. Et pour tirer le meilleur de la vie, nous basculons sans cesse d'élève à maître, puis de maître à élève, du moins, nous le devrions.

Devenir maître, c'est incarner ce que l'on vient d'apprendre, c'est montrer la voie, oser une parole, poser une action, risquer le changement, c'est être dans le don, l'expansion et la démonstration. 
Mais aussi, être maître c'est savoir redevenir élève, et ce, à tout moment !

Car le maître sait que rien n'est jamais figé, le savoir évolue au fil des expériences et le maître comprend que pour suivre son chemin il ne doit pas s'enfermer dans ses acquis et ses vérités, il sait que sa vérité d'aujourd'hui ne sera pas celle de demain. Il est ce grand sage qui incarne la lumière et la confiance en soi.
Et pour ne pas s'enfermer dans ses propres croyances qui peuvent devenir limitantes, pour ne pas ériger des murs qui formeront sa prison dorée, le maître se plaît à redevenir élève.

Élève de la Vie.

Car l'élève a soif de savoirs et de découvertes, il est enthousiaste et curieux, son esprit ouvert lui permet d'apprendre, acquérir et comprendre. L'élève est ce petit enfant qui s'émerveille de la vie, qui expérimente pour trouver sa voie.
Etre élève c'est se placer dans l'accueil, la réception, c'est oser demander, se faire aider, c'est aussi aimer cette joyeuse période d'apprentissage. 
Incarner l'élève c'est apprécier le fait d'avoir encore des choses à apprendre, et jouer à cache-cache avec le soi.

Certaines personnes restent au rang d'élève, elles apprennent mais sans jamais mettre en pratique, de par leur manque de confiance, leur peur, leurs doutes... Tandis que d'autres s'accrochent au titre de maître en affirmant déjà tout savoir, à cause de leur ego, de leur besoin d'avoir raison, de leur incapacité à écouter autrui...

Pourtant, l'équilibre provient de cet alignement entre ces deux parties qui nous habitent, chacune doit savoir passer le relais à l'autre lorsque le moment est arrivé. Rester accroché à l'une ou l'autre de ces parties bloque notre cheminement. L'élève et le maître travaillent main dans la main dans le respect, car chacun aime l'autre qui est un autre soi. Il nous appartient de les laisser s'exprimer et nous habiter, car ils sont en réalité les deux facettes d'une même pièce, celle de l'évolution.

Rien n'est plus merveilleux que de mêler et entremêler la curiosité de l'élève à la sagesse du maître, d'unir ces deux grands principes qui forment un tout.

Alors mettons de côté notre ego et soyons cet élève découvreur de savoirs, puis devenons ce maître qui incarne le savoir, et ainsi de suite... car la vie est un apprentissage pour l'élève, et un apprenti sage pour la maître.

11/10/2018

... je suis devenue éternelle

Inspiration du moment :)

Ode au temps :

Le temps n'est pas un ennemi, bien au contraire, le temps est un cadeau du Ciel ! 
Car sans temps tout est figé, rien ne peut évoluer.

Le temps nous permet de mesurer notre chemin passé, et de rêver notre avenir, mais pour cela il faut rester centré sans trop nous disperser.

Car lorsque l'on compte le temps, on perd du temps. Lorsque l'on s'attache au temps, s'échappe le temps. Lorsque l'on pense ne pas avoir le temps, se précipite le temps. Lorsque l'on est impatient, se fait désirer le temps.

Oui, le temps répond à nos attentes inconscientes, si on le compte il devient chiffre, si l'on s'y attache il devient lourd, si on le cherche il joue à cache-cache, si on le perd il s'éloigne, si on l'attend il prend son temps, si on le presse il s'affine ...

Il ne s'agit donc pas de trouver du temps mais de prendre le temps. Il n'existe pas de temps perdu, mais seulement du temps savant, car le temps est maître des apprentis sages, et ce, à tout âge.

Chaque fois que l'on remet en cause le temps, nous nous éloignons du moment présent.

Tout existe ici et maintenant, et nous pouvons faire des sauts à l'intérieur même du temps, sur une partition nouvelle, là où il existe un autre soi, celui dont nous rêvons tant, ainsi, nous pouvons à tout moment décider de devenir cette personne là ici en cet instant. En effet, si nous en avons assez de porter des blessures du passé, nous pouvons choisir ici et aujourd'hui de nous en libérer. 
Lorsque ici et aujourd'hui nous décidons d'être libre nous le sommes, à contrario, si nous repoussons à demain la guérison notre attente sera sans fin, car le temps respecte nos besoins.

Le temps soigne et répare, mais aussi il fait pousser les graines de joie.

Chaque instant qui passe est un cadeau qui nous aide à nous définir, chaque instant passé est un cadeau qui nous a livré un enseignement, chaque instant à venir est un cadeau qui nous révélera notre pouvoir créateur.
Il n'est jamais trop tard pour dessiner son chemin, et il n'y a pas de regrets à avoir car le passé est terminé, il n'y a pas de peurs à avoir car l'avenir est à créer. Seul le ici et aujourd'hui existe et ce ne peut-être qu'en cet instant que le temps nous souffle ces enseignements.

Le temps est si merveilleux, il est si précieux qu'il ne se dévoile qu'à ceux qui en tombent amoureux !

Mais en réalité, et c'est ici la plus belle leçon à expérimenter, nous ne passons jamais à côté de quoi que ce soit, car tout est à jamais parfait et correspond à la vibration de notre soi.
Le temps, nous travaillons avec lui et non contre lui.

Puisque la vie n'est pas une destination mais un long voyage, le temps devient notre ami le plus sage, il nous accompagne du début à la fin et ne nous quittera qu'au moment opportun.

Alors, n'ayez plus jamais peur de ne pas avoir le temps, car le temps ne peut-être que ici et maintenant et on l'appelle le moment présent, cadeau qui s'ouvre perpétuellement.

29/09/2018

... j'ai joué dans mimi cracra

Je ne me lave pas tous les jours !
Voilà, c'est dit !
Quelle drôle d’introduction n'est-ce pas ?

Comment avez-vous réagit à la lecture de cette première phrase ?
Étonné, écœuré, perplexe, amusé... ?

Ce week-end un reportage est passé à la télévision dans lequel apparaissait un couple qui avait choisi de vivre le plus naturellement possible, pour cela, ils se lavaient dans une rivière etc. Je n'ai pas regardé ce reportage alors je ne peux en parler, en revanche, lorsqu'il a été partagé sur facebook, je n'ai lu que des commentaires négatifs pointant du doigt le choix de vie de ce couple et leur manque d'hygiène. Cela ne m'a malheureusement pas étonnée à vrai dire.

Je répète que je n'ai pas visionné le reportage, je n'en connais donc la teneur exacte. Toutefois, je comprends que des personnes souhaitent un retour aux sources et je ne vois pas pourquoi on devrait les juger. Vivre selon ses principes ne devrait pas déranger, à partir du moment où cela ne va pas à l'encontre de la vie. 
Malgré tout, les réactions dans les commentaires étaient assez violentes, entre les "émoticônes vomi" , les personnes les jugeant "cracras", les personnes les traitant de "primitifs", des "désolant" par ci et des "au secours" par là... 
Dès que l'on sort un peu du cadre on est vite pointé du doigt et critiqué.

J'ai alors répondu, en commentaire, que je ne me lavais les cheveux que tous les 15 jours, voire toutes les 3 semaines parfois, et que je me lavais le corps simplement à l'eau et pas forcément tous les jours.

Pourtant, je ne me sens pas sale bien au contraire ! Je pense même ne jamais avoir été aussi bien dans ma peau et mon corps, tout simplement car j'écoute mes besoins et y réponds. Mon corps n'a pas besoin d'être savonné matin et soir avec un produit chimique et abrasif, mes cheveux n'ont pas besoin d'être lavés tous les deux jours avec des shampoings contenants une trentaine de composés toxiques... Est-ce cela être propre ? pas de mon point de vue, mais cela n'engage que moi.

J'ai, moi aussi, bien longtemps écouté l'industrie/la société/les autres, qui me disaient d'utiliser ceci ou cela tant de fois par semaine, pour aujourd'hui n'écouter que moi et mes envies. 
A cette époque où j'étais en apparence si "propre", j'avais pourtant des petits soucis, tels que des boutons sur le visage, les cheveux gras, malgré le déodorant que je mettais il existait tout de même des petites odeurs disgracieuses, mais je pensais que c'étaient ma peau et mon corps qui devaient êtres mal fichus ... puisque ces produits étaient censés me rendre si "pure"
Et si par malheur je n'avais pas le temps de laver mes cheveux au bout de deux jours, je me sentais mal, je culpabilisais car j'étais réellement persuadée d'être sale... Au final, tous ces produits me rassuraient, mais c'est tout ! 

Comment en est-on arrivé à nous faire croire que nous sommes sales si nous n'utilisons pas un gel douche de grande marque ? Pourquoi avoir peur d'un retour au naturel ?

Aujourd'hui, fort heureusement pour moi tout va très bien, je me sens bien dans mon corps, je n'ai pas besoin de retirer cette couche bienfaitrice qu'il fabrique naturellement chaque jour, je l'écoute et le respecte au maximum, je me lave quand je sens que c'est le moment, et pareil pour mes cheveux, et si possible avec des produits naturels, cela ne m'empêche pas d'être coquette et de prendre soin de moi, je prends justement soin de mon corps en le respectant et le choyant, mais pour moi le choyer ce n'est pas l'étouffer sous une tonne de parfum chimique, mais au contraire apprendre à l'aimer tel qu'il est.

Le message ici n'est pas de ne plus se laver, pas du tout, mais simplement d'écouter son corps et répondre à ses besoins et non écouter les exigences extérieures. Il y a un juste milieu à tout et l'équilibre est toujours ce qu'il y a de mieux.
Le naturel n'est pas "sale". Je ne parle pas de laisser-aller ou négligence mais simplement d'écoute de soi et de justesse. Il est bien sûr très agréable de prendre une bonne douche après une longue journée de travail.

J'ai beaucoup de respect pour les personnes qui ont bousculé leurs habitudes pour adopter un mode de vie saint et naturel. Chose que j'essaie de faire pas à pas, à mon niveau.

Je suis consciente que certains de mes choix quant à mon corps sont encore conditionnés par l'extérieur, je l'accepte car j'en ai conscience. Et je sais que mon chemin me mènera vers l'évolution quand ce sera le bon moment. 
Par exemple, je souligne mes yeux avec un trait de khôl, car j'aime le résultat, mais peut-être qu'un jour je me passerai de cet artifice.
Ou encore je ressens aujourd'hui le besoin de masquer mes quelques cheveux blancs, et viendra certainement le moment où j'aimerai ce qu'ils représentent.
L'essentiel étant d'écouter ses propres besoins, et non ce que l'on tente de nous imposer !

En attendant, apprenons à aimer notre corps tel qu'il est, son odeur, sa lumière, nos cheveux au naturel... Cela ne nous empêche pas de porter du parfum si le cœur nous en dit, ou bien de nous laver deux fois par jour si cela semble approprié, en revanche, cessons de pointer du doigt le naturel lorsqu'il reprend ses droits. Notre corps et beau et merveilleux ! L'entretenir ne signifie pas éliminer ce qui est censé "être", mais simplement le laver et le purifier avec amour.
Écoutons nos besoins et non ceux des industries...

Je vais certainement passer pour une personne négligée auprès de ceux qui liront le commentaire que j'ai déposé sur Facebook, voire peut-être même auprès de certaines personnes qui liront cet article, mais peut importe à vrai dire car je me sens bien comme je suis. J'illustre cela avec, fait assez rare, une photo de moi, ai-je l'air sale :))

42694378_1959296370798577_5992370879986663424_n.jpg