Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2018

... j'ai fait le nettoyage de printemps

Très souvent, nous nous accrochons à ce que nous connaissons, à nos bases et constructions, à tout ce à quoi nous nous identifions. Car laisser partir le connu revient à laisser mourir une partie de soi, même très ancienne et obsolète.

Imaginons un meuble que l'on possède depuis fort longtemps, il fait un peu partie de notre vie, on le place bien en vue dans notre salon car on l'aime et l'affectionne. Puis, arrive un jour où la décoration du salon ne nous convient plus, l'on commence par repeindre les murs, on achète un nouveau tapis, on remplace le canapé et c'est bien mieux ainsi. Mais, on refuse de toucher à ce meuble, sa seule présence nous rappelle tant de choses, nous rassure, alors on le laisse à la place qui est sienne.

Certes, il vieillit, aujourd'hui il dénote un peu et ne s'accorde pas avec le reste du salon, mais on refuse de le voir changer.

Pourtant, à mesure que le temps passe son bois s’effrite, sa couleur se ternit, sa splendeur s'amenuise. Nous souhaiterions qu'il reste tel qu'il l'a été, qu'il ne change pas, mais cette demande est tout à fait impossible ! Rien n'est à jamais figé tout évolue sans cesse ou alors involue.

Ce meuble en est le parfait exemple. Nous pouvons nous accrocher à tout ce que nous souhaitons, nos croyances qui nous rassurent, notre zone de confort qui nous apaise, à ce que nous connaissons, à notre meuble, mais non seulement cela obstruera notre évolution, mais aussi, cela pourra nous tirer vers le bas, car toutes les choses auxquelles nous nous agrippons sont vouées à changer, d'un côté ou de l'autre de la balance.

Rien n'est jamais constant, et tout ce que nous tentons de retenir s’altérera inexorablement avec le temps. 

Nous sommes le moteur le notre vie, son créateur, ce n'est par conséquent pas à nous de nous accrocher, de retenir, de lutter, mais à nos croyances de s'aligner avec notre cœur, à nos constructions de s'harmoniser avec notre Moi supérieur, à nos limites de se briser, et pour cela, il nous faut ne rien retenir et prendre notre place d'initiateur du changement.

Pour reprendre ma métaphore, nous ne sommes pas dans l'obligation de nous débarrasser de cet ancien meuble, en revanche, nous pouvons l'aligner avec nos nouveaux goûts, en le repeignant, le vernissant, le décorant, en retirant une porte, en le customisant... puis en le changeant de place. Ainsi, nous garderons encore à nos côtés ce meuble si précieux, mais, ses énergies nouvelles s'accorderont à merveille avec les nôtres, il régnera une harmonie appréciable.

Le changement est toujours bénéfique, sortir de notre routine, de nos automatismes, ouvre de nouvelles portes.  Et l'ancien doit être l'impulsion qui mène au changement, il ne doit pas nous retenir mais au contraire nous montrer la voie.

Comme pour me confirmer mon ressenti et venir appuyer cet article, ma fille vient me voir au moment où je tape ces lignes, et me montre un sac rempli de doudous et autres poupées dont elle souhaite se séparer. Elle me dit qu'elle a grandit et qu'elle veut offrir ces jouets à des amis à qui cela fera plaisir ! Merci la vie pour ce merveilleux signe, et gratitude à ma fille qui est un exemple et ma messagère de ce jour.

Alors osons ! osons donner notre meuble à quelqu'un d'autre, chaque place que nous libérons, chaque croyance dont nous nous débarrassons, chaque limite que nous brisons, laisse de la place pour accueillir de nouvelles énergies en résonance avec notre JE SUIS véritable.

 

Commentaires

Laisser place à l'ancien pour accueillir le nouveau...; je suis en plein dedans dans tous les domaines de ma vie et c'est pas si simple car on s'y accroche donc je travaille sur moi.

Écrit par : Fabienne | 16/01/2018

Répondre à ce commentaire

Nous y travaillons tous

Écrit par : Émilie | 16/01/2018

Répondre à ce commentaire

Nous y travaillons tous

Écrit par : Émilie | 16/01/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire