Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2019

... je me suis retrouvée toute seule

La solitude fait peur car elle nous ramène à la séparation originelle, première blessure, lorsque nous avons quitté l'Un pour accueillir le "je" et entrer dans le jeu. Quand l'unité a laissé place à la personnalité, l'état de solitude s'en est accompagné inexorablement.

Bien souvent, nous portons la solitude comme un fardeau, pourtant, le fait de se retrouver seul nous permet d'entrer en nous-même, de nous écouter véritablement, de (re)prendre conscience de nos besoins et envies. C'est le moment où, seul, nous pouvons enfin écouter ce que notre âme souhaite nous murmurer.

Lorsque l'on alimente la peur de se retrouver seul avec soi-même, on envoie inconsciemment le message que notre propre compagnie est insignifiante, en réponse l'Univers place sur notre chemin, tel un écho, des personnes ou situations qui mettront à mal notre valeur propre. Ainsi, on éprouvera des difficultés à s'entourer de personnes fidèles, on vivra des expériences d'isolement, on se sentira souvent incompris... ce qui ne fera que renforcer notre sentiment de solitude et créer de nouvelles peurs. Ceci est une spirale descendante dont il serait préférable de se défaire. L'erreur est de croire que nous existons seulement dans le regard de l'autre, le "je" existe à travers l'autre oui, mais l'Essence véritable qui va bien au delà du petit moi n'a ni commencement ni fin, alors elle ne peut connaître la séparation.

La solitude ne doit pas être évitée, repoussée, elle demande simplement à être apprivoisée !
Elle est le moment clé où l'on peut faire de soi-même son meilleur ami, son allié, son confident, son guide. Ce n'est qu'en se retrouvant seul avec soi-même que l'on peut faire ou cultiver la paix en soi, car c'est dans le silence que l'on se découvre et apprend à s'aimer. Lorsque nous sommes seul nous n'avons plus de rôle à jouer, il n'y a personne à séduire ou convaincre, alors, on peut enfin être libre d'être qui on est, et rien que pour cela la solitude est un cadeau. 
Prenons conscience de ce point essentiel : ce n'est pas le fait d'être entouré de plein de personnes qui met fin à la solitude, c'est être en amour avec soi-même, soi m'aime, qui nous libère.

Seulement, la solitude génère encore beaucoup de peur et d'angoisses, dans ces conditions, il est bon de se demander qu'est-ce qui nous effraie tant dans ce face à face avec nous-même ? 
Apprendre à travailler sur la crainte de la solitude est une occasion en or de se libérer de TOUTES nos peurs. En apaisant cette blessure primordiale qu'est la séparation, non pas en luttant contre elle mais en l'illuminant, la solitude se dissipe et laisse place au silence, à la quiétude, alors, la paix véritable peut entrer dans notre vie. En effet, en trouvant la paix en soi la solitude devient sol (lumière) i (je suis) tu (tue) de (deux), soit : lorsque brille notre soleil intérieur la séparation n'est plus. L'alchimie est ici, passer de la solitude sombre à lumière qui nous unit. Un i, soit "je suis un".

Comprenons qu'à partir du moment où nous nous sommes incarné (un car né), nous sommes entré dans un corps de chair séparé, c'est un fait, la séparation physique est, nous pouvons alors en profiter pour travailler à aimer notre "je" et son terrain de jeu qu'est la Terre, et ainsi faire briller notre lumière intérieure, certes nos corps sont séparés les uns des autres mais notre lumière n'a pas de frontières et nous unit au grand tout, alors la solitude devient illusion.

La personne qui est heureuse avec elle même est toujours en paix, elle embrasse la solitude avec joie car elle la considère comme une période enrichissante, elle sait que le bonheur ne vient pas de l'extérieur mais de son intérieur. 
Et ce qui est grandiose, c'est qu'une personne qui s'aime, qui sait apprécier sa propre compagnie, ne se place pas dans la recherche mais dans l'accueil, elle peut donc accueillir des relations équilibrées et entières car non soumises aux attentes.

En effet, plus une personne aime la solitude plus l'état de solitude s'efface, c'est ainsi que l'on transcende nos expériences, en y mettant de l'amour. Par ailleurs, une personne qui (s')aime sera en retour entourée d'amour, c'est une question de résonance lorsque l'on s'aime on sème, et l'amour est toujours la plus jolie graine à cultiver. La peur d'être seul ne peut quant à elle qu'attirer la même vibration.

Personnellement, j'ai toujours aimé être seule, cela ne me dérange pas du tout de rester avec moi-même, je me parle, je m'écoute, je dessine, je crée, je lis, depuis mon enfance je suis très solitaire, sol (lumière) i (je suis) taire (terre), car être solitaire tout en restant porté par l'amour (je ne parle pas du solitaire qui se cloisonne par peur) est un équilibre Terre/air, c'est incarner dans la matière les aspects spirituels de la Vie sans se soucier de l'extérieur. Alors, je n'ai jamais vécu la solitude comme un état pesant, mais bien au contraire comme une forme de liberté. Et, plus j'apprécie être seule plus je suis "bien" entourée, comme par magie, et oui l'âme agit !

Une dernière note, je sais que beaucoup de personnes éveillées se sentent seules, dans un premier temps, comme j'aime à le rappeler nous sommes très nombreux en réalité à voir clair, mais aussi, dans un second temps, être éveillé ne signifie pas être coupé des personnes qui pensent différemment, et c'est justement là une initiation à relever pour l'éveillé, il mettra fin à son sentiment de solitude lorsqu'il cessera de vouloir changer autrui et acceptera le chemin de chacun, donc de se séparer. Certes avoir la même vision de la Vie est agréable et appréciable, mais, évoluer reste avant tout un cheminement personnel qui se fait de soi à soi pour soi.

10:28 Publié dans alignement | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire